Sélectionner une page

La paternité peut être déterminée par des tests très précis effectués sur des échantillons de sang ou de tissus du père (ou du père présumé), de la mère et de l’enfant. Ces tests ont une précision comprise entre 90 et 99 %. Ils peuvent exclure un homme qui n’est pas le père biologique, et peuvent également montrer la probabilité de paternité s’il n’est pas exclu. Ces tests ont un impact juridique important lorsqu’il s’agit d’établir la garde des enfants et la pension alimentaire.

Dans une affaire de paternité contestée, une partie doit se soumettre à des tests génétiques à la demande de toute autre partie. Si le père peut être un homme parmi d’autres, chacun peut être tenu de se soumettre à un test génétique pour déterminer la paternité. Il existe plusieurs moyens différents d’établir si un père présumé est le père naturel et légal de l’enfant mineur, comme l’utilisation de tests sanguins de paternité et de tests de paternité ADN.

Tests sanguins de paternité

Les premiers tests sanguins de paternité ont été effectués au milieu du XXe siècle, en comparant les groupes sanguins des personnes testées. Il s’agissait d’isoler les sérums sanguins de personnes dont l’antigène était contesté et qui ne possédaient pas certains antigènes de globules rouges. Ces antigènes sont des molécules de protéines qui peuvent être combinées avec des molécules de sucre et qui résident dans la membrane des globules rouges. Ces sérums provoquent la coagulation des globules rouges chez les individus qui possèdent cet antigène particulier.

Dans le système de typage sanguin ABO, les humains peuvent posséder l’antigène A (groupe sanguin A), l’antigène B (groupe sanguin B), à la fois l’antigène A et l’antigène B (groupe sanguin AB), ou aucun de ces antigènes (groupe sanguin O). Les systèmes de ce type peuvent être utilisés pour les tests sanguins de paternité car il existe des gènes qui codent pour les antigènes et ce sont des gènes héréditaires.

Une mère qui a du sang de type B et un père qui a du sang de type O ne peuvent pas avoir un enfant qui a du sang de type AB. Le véritable père de l’enfant doit avoir le gène de l’antigène A. L’utilisation des systèmes d’antigènes ABO pour les tests sanguins de paternité n’a pas permis d’obtenir un test très puissant car les fréquences des gènes qui codent pour les antigènes ne sont pas très basses.

Dans les années 1970, un test plus puissant a été développé en utilisant des antigènes de globules blancs ou des antigènes de leucocytes humains (HLA), ce qui a permis d’exclure environ 95 % des pères faussement accusés. Plusieurs millilitres de sang sont nécessaires pour effectuer le test.

Les groupes sanguins seuls ne peuvent pas être utilisés pour déterminer qui est le père, mais ils peuvent être utilisés pour déterminer la possibilité biologique de paternité.

Tests de paternité par ADN

L’ADN (acide désoxyribonucléique) est le matériel génétique présent dans chaque cellule du corps humain. Sauf dans le cas de naissances multiples identiques, l’ADN de chaque individu est unique. Un enfant reçoit la moitié de son matériel génétique (ADN) de sa mère biologique, et l’autre moitié de son père biologique. Lors d’un test ADN, les caractéristiques génétiques de l’enfant sont comparées à celles de la mère. Les caractéristiques qui ne peuvent être trouvées chez la mère doivent avoir été héritées du père.

Le test de paternité par ADN est la forme de test de paternité la plus précise possible. Si les profils d’ADN de l’enfant et du père présumé ne correspondent pas sur deux ou plusieurs sondes d’ADN, le père présumé peut être totalement exclu. Si les profils d’ADN de la mère, de l’enfant et du père présumé correspondent sur chaque sonde ADN, la probabilité de paternité est de 99,9 %.

Pour effectuer un test ADN, on utilise soit un test sanguin appelé « Restriction Fragment Length Polymorphism » (RFLP), soit une procédure appelée « Buccal scrap ». Un écouvillon est frotté vigoureusement contre l’intérieur de la joue du sujet. Cela permet d’obtenir un échantillon d’ADN à tester. Les enfants peuvent être testés à tout âge. Le test ADN de paternité peut même être effectué sur un échantillon de sang de cordon ombilical à la naissance. Comme l’ADN est le même dans toutes les cellules du corps humain, la précision des tests effectués sur les cellules de la joue à l’aide du frottis buccal est la même que celle d’un échantillon de sang réel.

Besoin d’aide pour établir la paternité ? Prenez contact avec un avocat

Des tests sanguins de paternité aux tests ADN de paternité, la science qui permet de déterminer le père d’un enfant a beaucoup progressé au fil du temps. Cependant, certaines procédures juridiques sont nécessaires pour obliger quelqu’un à se soumettre à un test de paternité. Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière d’établir la paternité, vous devriez consulter un avocat spécialisé en droit de la famille dans votre région.